#14

Hicham Berrada:

74 803 jours

Hicham Berrada décrypte notre rapport au monde, le dévoile et le canalise – catalyseur de nos modes de perception, d’appréhension du réel, de la nature, de la matière. Créateur d’œuvres éphémères ou infinies, de structures mouvantes et élémentaires, de performances physico-chimiques et oniriques, cet artiste marocain né en 1986 navigue entre une fiction scientifique et une science poétique et mystique, jouant de la rencontre de formes techno-vivantes évocatrices et inquiétantes.

A la base de ses œuvres, des
protocoles, des hypothèses. Expériences scientifiques, elles se déploient en installations immersives, en captations vidéo de moments passés et éphémères, en sculptures vivantes ou fossilisées. Berrada pratique un art de la recherche, de l’expérimentation. Une mise en mouvement d’éléments physiques et chimiques. Un laboratoire réunissant les conditions propres à l’éclosion de phénomènes rares. Hicham Berrada est un Phénoménologue de la matière, il crée des écosystèmes vivants et technologiques pleins d’acides, de fumées colorées, de racines organiques ou minérales, de formes végétales, aquatiques et lumineuses. Des environnements condensés, paysages miniatures et planétaires, cosmos en aquariums, ses œuvres se jouent des échelles. Espaces miniatures d’un désert venteux sous vitre ou molécule gargantuesque, paysages en bécher ou expérience gazeuse à ciel ouvert.


Programmateur d’un théâtre dont les acteurs sont des molécules et des atomes, Hicham Berrada actionne, active, enclenche un processus régi par des lois, des règles naturelles. Puis il observe. Les procédés mécaniques, techniques et physiques entrent en jeu, prennent vie et déterminent leur propre évolution.

 

L’œuvre – auto-performative et évolutive – prend corps dans cette matière vivante et mouvante. L’artiste se fait entomologiste, géologue, archéologue, prophète d’une nature à la fois improbable et possible, une nature condensée sous verre.

 

Sérendipité esthétique. Démiurge, Hicham Berrada observe.

Témoin d’un vivant moléculaire, de mutations thermiques, magnétiques, climatiques, organiques, chimiques.

Témoin d’un destin physique.

 

Un art comme une observation. Un art comme une énergie, comme une force, comme une transformation. Une transformation de ce qui est. « Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau. » aurait dit Anaxagore.

Hicham Berrada réagence les éléments naturels. Il dévoile une fiction se réclamant des formes mutantes de la nature.

L’art comme prisme de la virtualité du monde, comme la rencontre de possibles, comme transformation à advenir. Ses œuvres révèlent les potentiels de la matière, se font liant, rencontre, éclosion spontanée.

 

Hicham Berrada déroule des lois que l’on croit maîtriser mais qui parviennent toujours à nous surprendre, nous émerveiller, nous hypnotiser le temps d’un regard.
Et c’est le temps qui joue son œuvre dans les pièces de l’artiste. Berrada rend visible l’invisible. Celui des gaz, des atomes, des particules, mais aussi, surtout, celui du temps.

L’invisible du temps. Ses œuvres naissent et disparaissent ou se figent, vies transitoires destinées à s’éroder, à se dissoudre, à se figer. Temps humain et minéral, végétal ou atomique. L’artiste nous raconte la matière par son temps, nous le donne à voir. Temps accéléré de phénomènes millénaires et géologiques. Hicham Berrada crée un temps autre, déroule les millénaires sous nos yeux, récapitule l’histoire atomique des âges dans le format clos et observable de l’aquarium, du terrarium, de la vidéo, de la salle d’exposition.

 

          Temps condensé et à venir.

 

Il nous laisse dans l’attente d’un événement futur auquel nous n’assisterons jamais – création d’une grotte cristalline ou apparition de la vie dans les arches immergées et pleines d’une énergie primitive.

 

         Temps inversé et trompeur

 

Il renverse les règles du jour et de la nuit, éclosion de fleurs naturelles dans un présent artificiel. Romantisme technophile et huysmansien.

 

          Rêve réalisé d’un des Esseintes artiste et contemporain.

Tableaux vivants à la fois cosmiques et abyssaux, paysages souterrains, stellaires ou atomiques, préhistoriques ou lunaires, les œuvres d’Hicham Berrada sont des images rêvées capturées dans la matière, une matière mouvante, le ferment fossilisé d’un univers primordial à venir.

CRÉDITS - 

Avec :

Déborah Gutmann, Animatrice et Rédactrice

Gaël Kamilindi, Comédien de la Comédie Française

Tadéo Kohan, Commissaire d'exposition, Rédacteur

Xavier Prieur, Comédien, Rédacteur

Hanna Rosenblum, Comédienne, Rédactrice

Claudius Pan, Comédien

Léa Taïeb, Rédactrice

Claudius Pan, Musique originale

Avner Azoulay, Prise de son, Montage, Mixage

Déborah Gutmann, Réalisation, Production 

Lior Attia, Visuels